Le 11 et 12 février, 2021 | Le Centre International de Toronto, Canada
Commanditaires Principaux: Procore Sika Canada

Nuances de Gris – Choisir entre l’asphalte et le béton

La plupart des autoroutes et des routes non rurales du Canada sont composées d’asphalte, parce que l’asphalte coûte moins cher à placer que le béton. Il s’agit d’un matériau de construction moins coûteux afin que les entrepreneurs puissent soumettre des soumissions plus faibles que les entrepreneurs avec des soumissions qui énumèrent le béton comme matériau de construction.

« La réduction des coûts de construction routière se traduit par plus d’argent pour les organismes gouvernementaux qui veulent faire plus avec moins », affirme Stuart Galloway, président de Canadian Concrete Expo, le seul salon commercial national du Canada consacré à l’industrie de la construction en béton. « Cependant, l’argent qu’ils ont économisé sur la construction de routes sera utilisé à l’entretien et à la réparation des routes. »

Le béton, en tant que matériau de construction de routes, présente de nombreux avantages. Il a la force de combler les mauvais soubassements et peut résister à des charges plus lourdes sans ornière. L’absence d’ornières réduit la possibilité pour l’eau de s’accumuler à la surface, puis de s’infiltrer dans la route, et l’eau, surtout lorsqu’il y a un cycle de gel/dégel, cause des dommages importants aux routes. De plus, le béton peut être estampillé dans un modèle et a moins d’exigences de réparation et de réhabilitation.

Plus de 93 % des autoroutes de la série 400 de l’Ontario sont composées d’asphalte. Environ 117 kilomètres de l’axe sont classés comme béton — un kilomètre de ligne centrale est un kilomètre de l’autoroute, y compris toutes les voies de circulation, les accotements et même les entrées.

Aecon a récemment terminé de placer du béton le long de dix kilomètres de l’autoroute 401 entre le chemin Union et le chemin Colonel Talbot. Aecon a placé environ 1 000 à 1 200 mètres cubes de béton par jour avec son pavé GP3 avec des commandes GMD, une machine de texture/cure TC600 et un GOMACO PS-2600 nouvellement acquis. Selon Aecon, l’entreprise a choisi d’utiliser du béton plutôt que de l’asphalte, parce qu’il s’agit d’une nouvelle occasion qu’elle estime être un élément plus récurrent sur de nombreux contrats MTO.

Pour qu’Aecon puisse soumissionner en matière d’utilisation du béton, le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) a dû amorcer le contrat à titre d’appel d’offres alternatif (AB), ce qui permet soit des conceptions rigides (béton) ou flexibles (asphalte). Selon le MTO, au cours de la conception de ce projet, le ministère a déterminé que, compte tenu de la portée du projet, de la constructibilité, de la durée de vie et des coûts du cycle de vie, les options de conception rigides et flexibles de la chaussée étaient des solutions de rechange réalisables.

Le MTO a commencé à utiliser un autre processus d’appel d’offres (AB) pour les contrats de reconstruction de l’autoroute en 2001. Cela a ouvert la possibilité de voir plus de routes et d’autoroutes en béton

« Le béton présente également plusieurs avantages environnementaux par rapport à ceux de l’asphalte. Les routes asphaltées nécessitent du bitume, un produit pétrolier qui émet beaucoup de gaz polluants pendant le pavage. De plus, les véhicules consomment moins de carburant lorsqu’ils circulent sur des routes et des autoroutes en béton », explique M. Galloway. L’asphalte, cependant, n’est pas sans avantages. Outre la réduction des coûts de construction, il réduit le bruit de la circulation, il est relativement facile à réparer et à réhabiliter et sa couleur foncée aide à faire fondre la glace des routes, ce qui peut réduire les accidents de la circulation.

« Les deux matériaux peuvent faire d’excellents matériaux de construction, dit M. Galloway. « Il est plus important que les décideurs soient conscients de tous les avantages et inconvénients de chaque matériel. J’ai évidemment mon préféré et j’aimerais voir une construction plus concrète.